La compagnie

La compagnie Cipango est une compagnie de théâtre professionnelle basée à Toulon-sur-Arroux en Saône-et-Loire et créée en 2005 par Étienne Durot. Elle fonctionne avec trois metteur.e.s en scène et auteur.e.s: Étienne Durot et Julie Roux, tous deux issu.e.s du Conservatoire Nationale, et Yeelem Jappain.

Avec la compagnie Cipango, nous nous revendiquons « compagnie de théâtre en milieu rural ». Cette étiquette est une manière pour nous d’indiquer et de définir une implication forte sur notre territoire. Implication visible dans nos partenariats, qui mêlent salles institutionnelles et collectivités territoriales en milieu rural. Le cœur de notre démarche tient à cette présence sur ces scènes plus marginales et les liens que nous tissons avec les publics. C’est pourquoi nos créations sont accompagnées de petites formes très légères techniquement que nous pouvons emmener partout.

Notre implication en Bourgogne Franche-Comté s’illustre aussi par nos actions culturelles. Nous

donnons plus de deux cents heures d’ateliers chaque saison. En plus de ces interventions, la compagnie est l’opérateur culturel principal du CLEA (Contrat Local d’Éducation Artistique) de Toulon-sur-Arroux. Dans le cadre de cette activité, nous imaginons et organisons la saison culturelle du Moulin des Roches (scène de théâtre locale).

 Cette démarche a notamment mené la compagnie à créer le festival y’a Pas la mer (festival de théâtre en milieu rural soutenu par les scènes nationales de l’Arc au Creusot, et de l’Espace des Arts de Chalon, ainsi que par la DRAC et la Région) en collaboration avec la compagnie Les Poursuivants.


Les membres de la compagnie

Julie Roux découvre le théâtre à Paris au Lycée Molière avec Mr Steinmetz. Après son bac elle décide de suivre une formation au conservatoire du quinzième arrondissement de Paris. En 2006 elle tente le concours du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris. Elle est reçue
et y suit une formation de trois ans durant laquelle elle travaille avec Dominique Valadié, Nada Stancar, Yann Joel Collin Jean Damien Barbin,
Mario gonzales. C’est à cette période également qu’elle met en scène Oedipe roi avec Stanislas Roquette dans le rôle d’Oedipe et Denis Guenoun dans le rôle de Créon.
Depuis sa sortie en 2009 elle a travaillé avec plusieurs compagnies, sous la direction de metteurs en scène comme Gilles BOUILLON au Centre
Dramatique Régional de Tours (Un chapeau de Paille d’Italie , tournée 2010-2012). Nasser DJEMAÏ au théâtre de Vidy- Lausanne (Immortels, tournée 2013 -2014). Lena PAUGAM au T2g dans deux spectacles en 2016-2017 (Les sidérés et les coeurs tétaniques). En novembre 2016, elle a joué dans « Tite et Bérénice » mis en scène par Vincent MENJOU CORTÈS, au Théâtre National de Bayonne. En 2020 elle jouera dans « la demande en mariage » et « l’Ours » mis en scène par Karl Eberhart.

L’Aventure CIPANGO
En 2014 , elle rencontre Étienne Durot directeur de la compagnie Cipango. Ensemble ils créent le spectacle « Entre les Pages », une lecture musicale autour de l’oeuvre de Romain Gary. Désireux de travailler sur l’égalité de l’accès à la culture, ils décident de s’installer en Saône et Loire à Toulon sur Arroux, là où est basée la compagnie. En 2016 elle adapte et met en scène « Gros Câlin » de Romain Gary. En 2017, elle joue dans « On dirait l’Odyssée »de Yeelem JAPPAIN . En 2018 elle écrit et joue « Maradona c’est moi » mis en scène par Etienne Durot, spectacle crée à L’ARC scène nationale. Depuis sept 2018 , elle dirige l’atelier de théâtre hebdomadaire de l’ARC scène nationale. Elle est également co-fondatrice et membre du collectif « Y a Pas la mer » associé à l’espace des arts de Châlon-sur-Saône.

Diplômé du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris,
Etienne est l’un des créateurs de la Compagnie Cipango. Il a notamment joué
dans Ur-Faust au Théâtre de la Tempête à Paris et a été dirigé par Gilles Bouillon
dans La Cerisaie, par Irène Favier dans Massacre à Paris, par Nasser Djemaï
dans Immortels et par Kheireddine Lardjam dans 1000 francs de récompense.
En plus de son activité sur les planches il a tourné pour le cinéma avec Roberto
Garzelli, Eric Latigaau et à la télévision sous la direction de Xavier Durringer.
En 2017, il a tourné dans Un violent désir de bonheur premier long métrage de
Clément Schneider (ancien élève de la Fémis).

Née en 1987 à Paris, elle s’intéresse à l’art dramatique dès son plus jeune âge et intègre la section théâtre du lycée Claude Monet dirigée par Emmanuel Demarcy-Mota puis par Brigitte Jacques. Le bac en poche, elle commence une carrière de comédienne au cinéma et à la télé auprès, notamment, de Vincent Lindon, Emmanuelle Devos, Ariane Ascaride… et intègre la classe libre de l’école du QG sous la direction d’Yves Pignot et Daniel Berlioux. C’est au sein de la compagnie Cipango qu’elle continue à arpenter les planches en jouant sous la direction de Fanny Sidney (On ne badine pas avec l’amour ) et Étienne Durot (George Dandin et Peter Pan). En 2013, elle signe sa première mise en scène ; Le Ventre de la mer d’Alessandro Baricco. Ce spectacle marquera le début de la collaboration de la compagnie avec l’Arc scène nationale du Creusot qui sera partenaire du second spectacle de Yeelem Jappain : On Dirait l’Odyssée. Cette seconde mise en scène est aussi sa première écriture. La pièce raconte l’histoire de Sélim, un migrant contemporain à travers le prisme de l’Odyssée. Elle a depuis écrit un court métrage en cours de production ainsi qu’un projet de série.
En parallèle de cette troisième mise en scène, Yeelem Jappain continue sa carrière de comédienne à la télé et au cinéma ainsi qu’au théâtre au sein du collectif y’a Pas la mer. Collectif réunissant la compagnie des Poursuivants et la compagnie Cipango pour la création et l’organisation d’un festival de théâtre ambitieux en milieu rural. Le collectif est suivi et soutenu par l’Arc scène nationale du Creusot, l’Espace des Arts de Chalon et la DRAC Bourgogne Franche Comté.

Loïc Renard a été formé au Studio-Théâtre d’Asnières, et au Conservatoire National d’Art Dramatique (CNSAD) dans la promotion 2013. Il a depuis travaillé avec Pauline Bayle, Anne-Laure Liégeois, Patrick Sommier, Anthony Magnier ou encore Olivier Letellier. Après sa rencontre au Conservatoire avec Etienne Durot, il commence sa collaboration avec Cipango en reprenant un rôle dans Le Ventre de la Mer. Il a également assisté Yeelem Jappain sur la création d’On dirait l’Odyssée, et fait partie de l’équipe fondatrice du Festival Y’a Pas la Mer.

Le théâtre défendu par la compagnie Cipango – populaire, exigeant, contemporain et résolument ancré dans la vie du territoire – lui tient très à cœur ; et il accompagne fraternellement la vie et le développement de la compagnie depuis plusieurs années.

Les collaboratrice.eur.s

C’est très jeune que Clément a commencé à tourner pour la télévision (Frères de Sang, Adresse inconnue, On ne choisit pas ses parents…) et au cinéma (Quartier lointain, Les aiguilles rouges…). Il a ensuite suivi sa formation au Studio-Théâtre d’Asnières. En parallèle, il a joué dans Les Autres de Jean Claude Grumberg durant une saison au Théâtre des Mathurins. Il est ensuite parti en tournée pendant trois saisons sur les plus grandes scènes européennes avec un projet de danse contemporaine (Fauves). Aujourd’hui il continue son activité de comédien au théâtre sous la direction d’Olivier Desbordes (l’Opéra de Quat’sous) et participe à des créations de théâtre de rue (Traffic) et se spécialise en tant que technicien vidéo (La Traviata, création 2016 au festival de Figeac). Clément a rejoint la compagnie Cipango en 2013. Il a collaboré à la création vidéo de Gros Câlin.

Diplômé d’une Licence de cinéma à la Sorbonne et d’un BTS Audiovisuel dans les métiers du son au lycée public Jacques Prévert, Romain Supe cumule les expériences. Aussi bien au sein de France télévision où il travaille en tant qu’ingénieur du son, mixeur et preneur de son depuis 2010 que dans des projets plus personnels tels que la réalisation de fictions sonore (Exercices de styles, Raymond Queneau, 2012).

Il opère aussi comme perchman sur des téléfilms, court-métrages et documentaires. Au sein de la compagnie il a travaillé sur les créations de Yeelem Jappain, Le Ventre de la mer et On Dirait l’Odyssée.

 

Diplômé du CFPTS, Thomas a notamment fait la création lumière de Derniers jours de l’humanité, mis en scène par Nicolas Bigards à la MC 93 et de Tu seras mignonne, mis en scène par Angèle Humeau actuellement au Lavoir Moderne Parisien. Il collabore avec le théâtre des Béliers Parisiens depuis 2016.

Il est le créateur lumière de la compagnie Cipango depuis 2013.

 

 

Clémence Azincourt se forme au conservatoire d’art dramatique du VIème arrondissement de Paris, dirigé par Bernadette Le Saché puis à l’Ecole Professionnelle Supérieure d’Art Dramatique de Lille. Elle a joué avec Stuart Seide « La Bonne Âme » (Théâtre du Nord), Stéphanie Loïk « La Supplication » (Théâtre du Nord, et en tournée) , Gildas Milin « Toboggan » (Théâtre National de Strasbourg), Malvina Morisseau « Femmes, Folies, Musique » (Péniche Opéra , et en tournée).

Elle joue également dans « Immortels » (Théâtre Vidy-Lausanne et tournée) et dans « Vertiges » (MC2 Grenoble et tournée 17/18) de Nasser Djemaï. Elle jouera dans « Héritiers » de Nasser Djemaï au Théâtre National de La Colline en 2019.

Le groupe The Mothers Of Love a été formé en 2011 par Yann Pompidou (guitare et chant) et Yanal Zeaiter (basse).

En 2012, le premier album est enregistré et s’en suit une tournée française estivale.

En 2014, le groupe sort un deuxième album et se concentre sur le travail en studio, l’arrangement d’albums ou de live pour différents artistes ; l’habillage sonore pour court-métrages et pièces de théâtre. Le groupe continue un travail porté sur l’enregistrement en ouvrant un studio d’enregistrement en Bourgogne, le studio A’Dar. Un troisième album a vu le jour en 2016.

The Mothers of love collabore avec la compagnie Cipango depuis 2014. Le groupe joue en live sur les lectures-musicales Entre les pages et le spectacle Gros Câlin ; et a créé les musiques du spectacle On dirait l’Odyssée. Rejoint par Jean-Jacques Cirillo aux percussions pour la création de Maradona C’est Moi, ce trio se nomme El Indio.

 

Diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La Villette en 2007, Aurélie a assisté le scénographe Fabien Teigné tout au long de son cursus.

En 2009, elle rencontre Jean-Damien Barbin et devient sa scénographe pour tous ses spectacles de fin d’année du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique (CNSAD) jusqu’en 2013. Au CNSAD, elle rencontre également de jeunes metteurs-en-scène avec lesquels elle travaille à l’intérieur et à l’extérieur de l’école : Les Trois Sœurs de Tchekhov (Julien Oliveri), Partage de Midi de Paul Claudel (Sterenn Guirriec)…

En 2014 et 2015, elle participe à la création du Lyncéus Festival à Binic en tant que co-directrice avec Lena Paugam et Fanny Sintes.

Depuis 2008, elle est la collaboratrice régulière de la compagnie MAHU (dirigée par Mathieu Huot) en tant que scénographe et régisseuse générale. Parallèlement à ses créations personnelles, elle a été l’assistante de différents scénographes : Fabien Teigné, Alexandre De Dardel et Marc Lainé. Avec ce dernier, elle est aussi régisseuse plateau (Spleenorama en 2014 et Vanishing Point en 2015).

À l’opéra, Aurélie est l’assistante à la mise-en-scène de Marie-Eve Signeyrole : L’Affaire Tailleferre à Limoges en 2014, Cendrillon à l’Opéra du Rhin en 2015.

Depuis janvier 2017 elle est la scénographe de David Bobée pour ses 2 prochaines créations (Peer Gynt d’Ibsen – création au Grand T à Nantes en janvier 2018 – et La Nonne Sanglante de Gounod – création à l’Opéra Comique en juin 2018).

Elle a travaillé avec Julie Roux sur la scénographie de Gros Câlin  au sein de la compagnie Cipango.

Frédéric a suivi sa formation de danseur au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon. Il a travaillé comme interprète au Grand théâtre d’Ireland pour la reprise de Désert d’amour de Dominique Bagouet. Puis dans les compagnies Marie Coquil, Nathalie Collantès, La Camionetta (F. Ramalingom et H. Catala), Propos (D. Plassard), Velvet (J. Leighton), Gambit (D. Guilhaudin), Beau Geste (D. Boivin), Vivid.Danse (I. Makuloluwe) et Sylvie Guillermin. 

Il créé la compagnie Le grand jeté ! en 2002 où il développe un vocabulaire dansé narratif, avec des projections dans l’espace et au sol, des glissements généreux, un flot d’énergie physique. 

Artiste familier de L’arc, scène nationale du Creusot, il invente différentes formes de rencontres avec le public et s’investit dans la création et la transmission.

Curieux et passionné de théâtre, il a également collaboré avec les metteurs en scène Kheireddine Lardjam, Francine Vidal, Gislaine Drahy, Anthony Poupard ou encore Aurélie Edeline au CDR de Vire. 

Frédéric a également apporté son regard de chorégraphe au spectacle On dirait l’Odyssée de la compagnie Cipango.

Danseur contemporain au goût prononcé pour l’observation et les rencontres,

Jérôme Andrieu aime autant travailler avec des chorégraphes «mouvementistes»

que sur des projets performatifs : Daniel Larrieu, Emmanuelle Huynh, Fanny

de Chaillé, Fabrice Lambert, Sylvain Prunenec, Xavier Leroy, Joanne Leighton,

Herman Diephuis, Mathilde Monnier, Alain Buffard, Perrine Valli, Laure Bonicel…

En 2013 il s’associe a  Betty Tchomanga et la plasticienne Oriane Déchery pour

créer Le Rivage, une pie ce a  jouer a  proximité de bâtiments en ruines.

Parmi les multiples projets partagés avec Mié Coquempot, il co-écrit Trace (2002)

lors d’une résidence a  la Villa Kujuyama/Kyoto, et Rhythm (2015), un «roadance

movie» réalisé dans les paysages de l’ouest américain et mis en musique par Pierre

Henry. Amateur de montage vidéo, Jérôme a notamment créé les vidéos pour Aoi, un nôpéra composé par

Noriko Baba en 2016.

En 2017, Littéral de Daniel Larrieu, coïncide avec ses 20 ans de carrie re.

Il débute en 2018 une nouvelle collaboration avec Gaël Sesboué.

En 2019, il assiste Daniel Larrieu a  la recréation de Romance en Stuc et la reprise de Chiquenaudes